Michel Handschumacher Photographie

© Michel Handschumacher

Entre-deux I & II / Films photographiques

Michel Handschumacher I Photo, texte & montage

Bruno Fleutelot I Son & Musique

Les films-photographiques Entre-deux I & II conduisent le spectateur vers des paysages imaginaires mouvants en créant de nouveaux champs de dialogue entre les images. « Objets » uniques et indépendants, ils font également le lien vers chaque séquence du projet lorsque celui-ci est présenté dans son ensemble (photos & films).

Les films au rythme très lent, composés de fondus enchaînés continus, présentent des espaces furtifs et mouvants qui entrent en résonance avec les images statiques des diptyques. Les vues s’y fondent et s’y croisent en de longues surimpressions, créant de nouveaux paysages fictifs et fabuleux. Projetés en boucle, ils évoquent un entre-deux imaginaire qui rappelle le cycle perpétuel de l’eau, passant lentement d’un état à un autre.

Élaboré et pensé uniquement à partir des photos qui composent les diptyques, chaque film est accompagné d’une musique spécialement composée par l’auteur-compositeur-interprète Bruno Fleutelot. Ces espaces sonores induisent une approche nouvelle et une forme de lecture différente de l’ensemble.

Notre collaboration artistique, entamée en 2014, a engendré la création de plusieurs films-photographiques. En 2015, le film Le temps n'efface pas les erreurs est récompensé du Prix du public aux Rendez Vous de l'Image de Strasbourg et présenté au Conseil de l'Europe ainsi qu'au festival Visa OFF de Perpignan. En 2016, Le ruban noir est remarqué et nommé Coup de coeur 2016 / Prix International des Nouvelles Ecritures et projeté dans le cadre de festivals internationaux du film-photographique ( Zoom Photo festival 2016 de Saguenay / Canada, Transizioni Due / 2017 à Bergamo / Italie...).

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note d'intention musicale pour Entre-deux I & II / texte de Bruno Fleutelot

La composition du premier film s'appuie sur une pulsation rythmique, sourde, qui dans ses cassures, arrêts et reprises évoque une idée de continuité mise à mal par les aléas de la matière, en l'occurrence les différents états physiques de l'eau qu'elle soit liquide, gazeuse ou solide. Entre pérennité et fragilité.

Une deuxième strate de la composition repose sur une opposition entre des sons vastes et éthérés, fortement spatialisés, et d'autres, au contraire, beaucoup plus proches, secs et directs. Entre immensité et intimité.

Pour le second film, c'est en utilisant un schéma harmonique proche de ceux utilisés par les compositeurs impressionnistes français (Ravel, Satie, Debussy) que la musique entend proposer d'autres espaces imaginaires. Les climats ainsi créés s’affranchissent de l’habituelle opposition tension / résolution pour s'intéresser, au contraire, à une forme d'immobilisme mouvant. Tout se passe comme s'il n'y avait ni début ni fin, ni espoir ni crainte.

La musique n'annonce rien, n'appelle rien, pas plus qu'elle ne résout quoi que ce soit. Entre mouvement et immobilité.

Parallèlement à ce travail harmonique, un ensemble de sons concrets, fait de craquements, suintements, bruits d'air et d'eau qui vont et viennent de manière apparemment aléatoire, s'attache à créer un contrechamp « terrien » à cette première couche plus « aérienne ». Entre l'esprit et le corps.

Ces deux pièces accordent une importance toute particulière aux textures et sonorités qui les constituent, éléments aussi importants que le travail de composition musicale à proprement parler. Il s'agit d'évoquer un univers avant tout tellurique, quasi tangible, matériel et sensible.

10:01